Marie France    
 
Marie France chante Jacques Duvall
 
  Sentier des Halles (Paris), du 27 au 31 octobre 1998
Récitals
  Avec Franck Montbaylet (piano)
Sommaire
 
Accueil
 

Retour au Sentier des Halles seulement un an après les derniers feux rock mais dans un registre plus intimiste à travers les textes ciselés de son ancien compère Jacques Duvall. Nouvelle couleur de cheveux, nouvelle coupe, nouvelles tenues, Marie France apparait d'abord plus réservée, mettant l'essentiel de son jeu dans le chant plutôt que dans les gestes. Le pianiste semble intimidé, cependant assez vite tout se met en place, l'univers à la fois léger et profond de Duvall convenant parfaitement à celui de Marie France: du mystère de "C'est rien, c'est juste un ami" à la gravité de "La fille au coeur d'or" ou de "La fiancée de Frankenstein", en passant par la drôlerie tragique de "Pourquoi tu m'fous plus des coups ?". Ce récital est d'une finesse rare: il faut écouter Marie France feuilleter par son chant les textes déjà passablement ambigus et polysémiques de Jacques Duvall. Comme ouvrir de nouvelles portes d'un regard, d'un battement de cil ou d'une inflexion de la voix.

   
 

   
 

Didier Dahon

   
       
 

 

 


Libération