Actualités Disques Récitals Editorial et surprise Contact
Dictionnaire Entretiens Points de vue Bibliographie et liens Accueil


 

     
L'éditorial de mars et avril 2009
La surprise de
mars et avril 2009
     
Deux chanteurs, deux "artistes" comme on dit, sont morts à sept jours d'intervalle : Jacqueline François le 7 mars et Alain Bashung le 14. Pour la première, un article dans Le Monde et un entrefilet dans Libération. Pour le second, inutile de l'écrire : couvertures, gros titres, unes grandiloquentes ("Le dernier des géants", "La dernière grande voix de la chanson française"...), dossiers, hommages, dizaines de milliers de messages sur l'Internet, mais aussi funérailles à la fois populaires et prestigieuses (un millier de personnes devant l'église Saint-Germain-des-Près, Catherine Deneuve à l'intérieur)... Certes quelques facteurs expliquent en partie une telle disproportion : lorsqu'il est mort, Bashung était nettement plus jeune que Jacqueline François, et il était toujours en activité, puisqu'il avait choisi, à l'annonce de son cancer, de multiplier ses apparitions (Victoires de la Musique, concerts etc.) plutôt que de se retirer. Mais quelles que soient les circonstances et leurs conséquences marginales, on ne peut ignorer l'affreuse, l'injuste, la très exacte réalité — tant il est vrai que rien n'est plus révélateur du poids véritable d'un artiste ou d'un chanteur que le traitement réservé à sa dépouille et à sa mémoire lorsqu'il meurt : l'un est admiré, aimé, adoré même, l'autre est ignorée, oubliée, niée presque, ce qui met davantage en lumière le goût de l'époque que la valeur intrinsèque de chacun des deux chanteurs. Le goût de la sobriété vestimentaire, t-shirt et veste noirs, contre celui de l'exubérance, robe du soir et fourrure ; le goût du tourment contre celui du printemps à Rio ; le goût de la rébellion, factice ou réelle, contre celui de la bourgeoisie, petite ou grande ; le goût de la désinvolture stylée contre celui de la justesse et de la précision musicale absolue ; en somme le goût du rock contre celui de la jolie chanson, c'est-à-dire d'une certaine conception de la chanson qui, fascinante inversion des valeurs, est devenue ce que le rock a été : méprisée, méconnue, en un mot underground... cependant qu'un certain rock, lui, passait de l'ombre maudite aux néons des rayonnages de Carrefour — le piquant (ou l'agaçant) étant que ses acteurs, même les plus populaires, rechignent à quitter leurs poses maudites, malgré la pleine lumière des couvertures de magazines et des plateaux de télévision... La roue tourne et les destinées se croisent : Jacqueline François fut en 1953 la première chanteuse à avoir vendu plus d'un million de disques, aujourd'hui un ou deux spécialistes éditent ses enregistrements pour quelques centaines d'amateurs. Bashung, de son côté, est passé de l'obscurité de ses premiers 45 tours au top 10 d'Itunes. Alors laissons l'époque pleurer Bashung et pleurons Jacqueline François puisque personne ne le fait. Pleurons Jacqueline François puisqu'elle a été l'une des interprètes les plus populaires de son époque. Surtout pleurons Jacqueline François pour sa sobriété déchirante dans "La Complainte des infidèles" ou son phrasé hors du monde dans "Pour lui"...




Jacqueline François

"La Fille d'Ipanema"

(Antonio Carlos Jobin / Eddy Marnay)

EP Philips 434971
1964

Qu'une voix aussi pleine, aussi charnue ait pu s'alléger au point pratiquement de disparaître avec les vagues de la chanson ; qu'elle ait su modeler son phrasé sur (on voudrait dire "à même") la musique et suivre comme une ombre légère et fluide l'avancée de la bossa ; en un mot, que la quintessence de la parisienne, et même de la parisienne bourgeoise cinquante, ait réussi à se fondre dans l'univers brésilien de la bossa nova pour le transmettre aux secrétaires de la rue de Rivoli... tout cela est la preuve incontestable d'une grande interprète, mais surtout d'une grande musicienne.

     
     
     
     
L'éditorial et la surprise de mars 2006    
L'éditorial et la surprise d'avril 2006    
Léditorial et la surprise de mai 2006    
L'éditorial et la surprise de juin 2006    
L'éditorial et la surprise de juillet-août 2006    
L'éditorial et la surprise de septembre 2006    
L'éditorial et la surprise d'octobre 2006    
L'éditorial et la surprise de décembre 2006    
L'éditorial et la surprise de janvier 2007    
L'éditorial et la surprise de février 2007    
L'éditorial et la surprise de mars 2007    
L'éditorial et la surprise d'avril 2007    
L'éditorial et la surprise de mai-juin 2007    
L'éditorial et la surprise de juillet-août 2007    
L'éditorial et la surprise de septembre 2007    
L'éditorial et la surprise d'octobre 2007    
L'éditorial et la surprise de décembre 2007    
L'éditorial et la surprise de janvier-février 2008    
L'éditorial et la surprise de mars et d'avril 2008    
L'éditorial et la surprise de mai et juin 2008    
L'éditorial et la surprise de juillet et août 2008    
L'éditorial et la surprise de septembre et octobre 2008    
L'éditorial et la surprise de novembre et décembre 2008    

L'éditorial et la surprise de janvier et février 2009