La Fiancée    
  La Fiancée (2009)
 
 
 
   
Disques
   
Sommaire
   
Accueil
 

Pas un album, l'un de ces très nombreux "premiers albums" qui, autoproduits ou lancés à plus ou moins grands frais par une importante maison de disques, échouent et meurent en trois semaines dans les bacs des revendeurs d'occasion. Pas non plus deux ou trois titres placés en écoute sur le player de MySpace, fichiers compressés parmi l'océan des fichiers compressés. Non : pour se présenter, La Fiancée a choisi de s'inscrire dans la plus pure tradition des EP français des années 50 et 60, ceux des Dani, Bardot ou Lagrange, qui, en dix-sept centimètres, deux faces, quatre titres disaient à peu près tout ce qu'il y avait à dire, jusqu'au prochain, qui sortirait trois ou quatre mois plus tard... et jusqu'à l'album, alors simple compilation de EP pour les distraits qui ne savaient pas jouir de la belle succession de ces brefs rendez-vous. Néanmoins ce choix est moins le signe d'un attachement nostalgique (cf. Philippe Katerine, qui sortit son album Mes Mauvaises fréquentations sous la forme de quatre EP) que du soin méticuleux, artisanal et amoureux avec lequel La Fiancée aborde la chose pop.
On est d'abord saisi en effet par un sentiment de perfection et de bonheur formel : voix, chant et arrangements s'accordent si bien que chaque note, chaque son, chaque inflexion semble avoir trouvé sa place définitive, et que malgré la profusion instrumentale (cordes, flûte, choeurs...), ce sont la simplicité et l'évidence qui s'imposent partout. Et l'on s'émerveille, en écoutant la dernière minute de "Cette autre" par exemple, ou les passages choraux de "Tigre mercenaire", du double génie artisanal de Florent Marchet, l'arrangeur des quatre chansons, qui parvient dans le même temps à faire beaucoup avec peu et peu avec beaucoup.
Mais ce bonheur-là, dont beaucoup pourtant se satisferaient sans peine, serait un pur et intransitif confort si le timbre de La Fiancée et les compositions de Marchet et d'Edgar Ficat ne parvenaient à faire de chaque chanson un bouleversant paysage sensible dont les harmonies, en particulier, cueillent l'auditeur. C'est par exemple "L'Emploi du moi", qui commence comme une jolie ballade, mais qui s'envole très vite et très haut, dès la deuxième phrase musicale à 0'17 ; sa reprise de 1'20 à 1'33 est d'ailleurs l'un des plus beaux moments du EP. C'est aussi le "break" et le crescendo de reprise dans "Cette autre" (de 2'16 à 2'47), avec une entrée de violon qui semble la quintessence de l'élan et de la fraîcheur pop, lesquels sentiments musicaux font d'ailleurs un beau contraste avec l'inquiétude schizophrénique évoquée par un texte d'un psychologisme malheureusement un peu lourd ("Cette autre en moi / Parfois / Qui crie tout bas / Tout bas / J'ai peur de moi [...] Si peur un jour de succomber / A une fenêtre qui m'appellerait"). Ce dernier reproche est d'ailleurs bien le seul que l'on puisse adresser à La Fiancée, car "Veilleuse" est au contraire une très belle variation sur le thème de l'homme endormi observé par une femme éveillée (cf. "Quand tu dors" de Prévert et Verger, "Les Hommes endormis" de Monique Aldebert), et "Tigre mercenaire", qui clôt le disque, touche justement par le mystère de ses images violentes et archaïques : " J'ai cueilli en rentrant / Les fleurs de la misère / A mon corps arrachant / Mes amours adultères / La bouche pleine de sang / J'ai péri sous les pierres / Victime des vingt ans / D'un tigre mercenaire"...
Ce premier EP de La Fiancée sera sans doute suivi d'autres EP puis d'un album. Mais bien qu'il soit assez difficile à obtenir sous une autre forme que la digitale (vinyles en vente au Palais de Tokyo et chez Ground Zero, CD à la galerie Agnès B), on ne peut que vous exhorter à l'acheter au plus vite, d'une manière ou d'une autre : rien dans le domaine de la pop française, cette année, à part deux ou trois exceptions, n'a été — n'est — à la fois aussi accompli, aussi beau, et aussi touchant.

   
       
  Jérôme Reybaud, octobre 2009    
       
  1 L'emploi du moi
2 Cette autre
3 Veilleuse
4 Tigre Mercenaire

   
       
  Tous les titresécrits par La Fiancée et composés par Florent Marchet sauf 1 (La Fiancée / Edgar Ficat)    
  Réalisé par Florent Marchet    
  Illustration : La Fiancée    
  CD Strictly confidential