Cathy Claret    
 
Fiesta del Aqua (Barcelona), 24 mars 2007
 
 


Récitals
   
Sommaire
 
Accueil
 

Le soir de la "Fête de l’eau", la fille du vent est venue chanter sur une scène en bas du passeig de Sant Joan, près du parc de la Ciutadella. Il fait froid, et il n'y a presque personne à l'heure dite, alors on se réfugie dans un troquet... Lorsque l'on revient, elle est assise derrière un micro autour duquel serpente une guirlande fleurie. Sa voix sucre et réchauffe l’atmosphère, portée par des mélodies simples, presque amicales, qui vous prennent par la main.
Pour les yeux, c’est rose et rouge, comme la longue jupe de Teresita, la fille de Cathy Claret, qui visiblement se régale de venir donner du talon en petits souliers roses à pois blancs et frapper des palmas sur le devant de la scène. Sa mère ajoute en plaisantant que, très bientôt, cet incroyable petit chaperon rouge lui volera la vedette...
Une flûte, un piano jouet tout rouge, parfois une boîte à rythmes... Cathy Claret souffle dans les branches du flamenco, et lui envoie des petits courants d’air frais. "Siempre libre" dit une chanson : ce vent-là passe sous la peau, et chavire le coeur, comme la reprise à la fois fidèle et personnelle de "Porque te vas ?" un peu plus tard. Car si la voix de Cathy Claret a bien quelque chose de juvénile, comme celle de Jeanette, on y entend aussi (et surtout) autre chose, comme l'écho de la terre de son enfance, tapi dans son grain de voix, sans affect, brut et sincère. Un écho doux mais qui frotte un peu, comme ces lits d'épines de pin sur lesquels on se repose pour "sonare siempre libre"...

   
 

   
 

Cyril Thibaut, avril 2007