Actualités


 

Archives 2009

Actualités
Sommaire
Accueil

 

 


Renée Lebas

 

Renée Lebas est morte à Paris le 18 décembre dernier. Nous avions le projet d'un entretien pour Lalalala, Hélène Hazera nous avait mis en relation. Renée Lebas avait été charmante mais repoussait sans cesse notre rencontre. Peut-être ne voulait-elle plus parler de chansons... néanmoins ses disques et son art demeurent. Pour lui rendre hommage voici un titre écrit par son ami Francis Lemarque, "Marjolaine", une chanson qu'elle partagea avec Yvette Giraud, Michèle Arnaud et Dalida — mais qu'aucune d'elle n'arriva à surpasser.


Concert Léonard Lasry
Une merveilleuse chanson de Duvall ("L'Objet du litige", créée par Marie France puis interprétée par Lio), une autre d'Elisa Point ("Love Sad Song", de l'album Un petit siècle d'heures contre le coeur), un petit orchestre (guitare, basse, batterie...) : Léonard Lasry a quitté son piano et ses souliers vernis pour pouvoir creuser son sillon pop plus librement et sans doute plus résolument, comme on pourra le constater au Pavé d'Orsay (Paris VII) le 17 décembre à huit heures et demie du soir.

Spectacle Mona Heftre
Après le Rezvani léger de Jeanne Moreau, Mona Heftre nous avait fait entendre et découvrir en 2000 un autre versant de l'auteur de "Jamais je ne t'ai dit...". Toujours défricheuse, Mona Heftre a plus récemment (2007) présenté à Béziers un très beau spectacle consacré à Albertine Sarrazin mis en scène par Paul Vecchiali et au cours duquel elle interprétait trois chansons (textes de Sarrazin mis en musique pour l'occasion par Camille Rocailleux). Obstinée, deux ans plus tard, Mona Heftre s'installe pour deux mois au Théâtre des Déchargeurs (Paris I) pour présenter ce spectacle remanié (la mise en scène est désormais signée par sa fille Manon Savary) et partager ainsi sa passion pour Abertine Sarrazin.


lalalala

  Les Trois Baudets, célèbre cabaret du XVIII arrondissement de Paris, a réouvert ses portes récemment et tente de redevenir la salle de concert désirable et indispensable qu'elle a été jadis sous la direction de Jacques Canetti. La fête des vendanges de Montmartre s'y est associée cette année pour son concert de clôture, qui se déroula au Trianon et non pas dans la trop exiguë salle des Trois Baudets elle-même. Le "thème" de l'après-midi était justement Jacques Canetti, et comme à Pleyel quelques mois plus tôt lors d'un concert consacré à Boris Vian, beaucoup de jeunes interprètes ont défilé sur la scène pour lui rendre hommage. Mais malgré certains efforts, malgré surtout la présence solaire et bouleversante de Magali Noël, grande oubliée du concert Pleyel, l'après-midi fut bien morose...

Concert Ariane Dubillard
Ariane Dubillard chante depuis fort longtemps les chansons de Roland, son père, en variant cependant les spectacles, les titres, les formations et les accompagnements. Aujourd'hui c'est en la compagnie unique (aux deux sens du terme) d'Isabelle Serrand, pianiste et compositeur de plusieurs chansons, qu'elle se produit, dans un récital intitulé "Les Zoizeaux". La voix magnifique d'Ariane Dubillard, l'humour merveilleux d'Isabelle Serrand, les textes extraordinaires de Roland Dubillard, tout est là, tout sera là, à n'en pas douter, sur la scène du Théâtre Treize (Paris XIII) le 19 décembre prochain.


Disque

Marie France

 

Lundi 28 septembre Brigitte Bardot fêtera son soixante-quinzième anniversaire. C'est le jour qu'a choisi Marie France pour lancer le premier extrait de son album Marie France visite Bardot, "La Madrague", qui sera disponible sur les plates-formes de téléchargement, en attendant la sortie digitale de l'album complet le 16 octobre prochain. Pour les bienheureux qui ne savent pas ce qu'est une "plate-forme de téléchargement" (rien que le nom...) et pour les gens de goût qui dédaignent les "fichiers numériques", un disque compact sortira le 2 novembre, qui devrait en outre donner tout son lustre à la très belle photographie que Pierre et Gilles ont réalisée pour la couverture de l'album. Enfin pour les puristes qui méprisent l'idée même d'un enregistrement musical et qui ne jurent que par le "miracle du spectacle vivant", Marie France a aussi prévu un petit quelque chose : un concert à l'Archipel (Paris X ) le 3 octobre...


Disque

Brigitte Fontaine

 

Le nouvel album de Brigitte Fontaine (Prohibition, sortie le 5 octobre) se présente comme une critique de "cette société liberticide qu'on nous impose de plus en plus", une dénonciation du "sort des sans-papiers, des conditions carcérales" (entretien donné aux Inrockuptibles, n° 721)... Certes le précédent (lire la critique de Libido) se complaisait dans des paysages intérieurs étouffants et souvent vains, et l'on ne peut que se réjouir que Brigitte Fontaine ait décidé d'ouvrir un peu la fenêtre. Certes encore son encre a toujours été mêlée de politique, au sens profond (cf. "C'est normal"). Mais dénoncer une société liberticide qu'on nous impose de plus en plus ??? Faut-il que la zaziefication / calification des esprits soit puissante pour que la si libre Fontaine en vienne à prononcer des phrases pareilles. Espérons néanmoins que tout cela reste de l'ordre du discours, du paratexte, et que les chansons, elles, grâce au style, parviennent à s'en échapper — mais ce n'est pas le plus-que-pauvre "Guillemets" qui réveillera notre enthousiasme...


lalalala

 

Jacques Canetti, avec deux francs, six sous, et un goût très sûr, avait su faire vivre le répertoire de chansons de Boris Vian. La salle Pleyel, avec de tout autres moyens, s'est débrouillée pour organiser l'un des pires hommages jamais vus.


Disque

Pepper-
moon

 

Nous savions (et avions écrit dans cette critique de juin dernier) que l'album de Peppermoon était (malgré certains textes) une merveille pop. Nous savons maintenant, après avoir traversé la France en automobile début août, qu'il est également un magnifique disque de routes, de chemins, de nationales, de départementales, de corniches, et même d'autoroutes, pourvu que la lumière soit douce et les fenêtres ouvertes. (L'édition française du disque compact sort le 31 août et comprend en bonus le clip d'"Après l'orage" ; l'édition taïwanaise est sortie en juillet et offre, elle, en bonus la sublime chanson "Les Rues tranquilles").


lalalala

 

ll est souvent le désespoir des maisons de disques, qui ne savent pas comment le vendre, et la jouissance de l'amateur, qui aime sa liberté : avec quatre, cinq ou six titres, dix ou vingt minutes de musique, le EP ou le mini album est comme un bref message entre deux longues lettres cruciales lentement élaborées, une carte postale qui autorise plus de souplesse, plus de jeu, qui favorise les expériences avec ou sans lendemains... Après Peppermoon, et à peu près au même moment que Léonard Lasry (Presque gentil, cinq titres, dont le très réussi "Nos jours légers"), La Fiancée sort un EP, qui est aussi son tout premier disque — un coup de maître pop, comme on tente de le prouver ici.


Concert Adriana Voss
Son dernier concert date de septembre 2008. Le prochain aura lieu le 19 décembre 2009 à six heures du soir dans la même salle (Cabaret Essaïon, Paris IV). Un an et trois mois d'absence, qui sont en vérité un an et trois mois de présence — de rémanence — tant le grain de la voix, les gestes, les chansons bien sûr impressionnent le spectateur, pour peu qu'il sache écouter et voir. A cet égard, ce concert de décembre, lors duquel Adriana Voss créera une nouvelle chanson et s'accompagnera occasionnellement à la guitare (Roger Pouly gardant le magistère de son piano, bien entendu), ne devrait pas être très différent...

Concert Francesca Solleville
Elle pourrait, comme tant d'autres gloires, se contenter de reprendre ici ou là un beau et facile récital-florilège : quinze ou vingt chansons, plus ou moins toujours les mêmes, de salle en salle, cinq, dix ou vingt fois par an, pour le plaisir d'amateurs qui certes auraient mauvaise grâce de se plaindre de ces rendez-vous prévisibles — les états de service de Francesca Solleville pour la chanson française sont tels qu'elle a bien mérité un peu de confort. Mais non : elle grimpe sur une scène pour un duo impromptu et hilarant avec son amie Simone Tassimot ("Les Sucettes", Forum Léo Ferré, le treize novembre dernier). Surtout elle se lance dans une série de cinq concerts au programme ahurissant : quatorze chansons rares empruntées à la très récente anthologie de cing disques qui couvre son répertoire de 1959 à 1989 et dix autres plus familières, mais dont la liste variera chaque soir... Francesca Solleville n'a jamais été tendre avec les méchants ; apparemment elle ne l'est pas plus avec sa mémoire. Cinq soirées sans filet qui risquent d'augmenter encore le niveau d'adrénaline et d'émotion pourtant déjà assez élevé auquel Francesca Solleville nous a habitués. Maison de la Poésie, Paris III, du 16 au 20 décembre. Renseignements : 01 44 54 53 00.


lalalala

 

Que s'est-il donc passé le 28 août dernier aux Trois Baudets pour que quatre collaborateurs de Lalalala se disputent l'écriture du compte-rendu de la soirée ? Marie France visitait le répertoire de Bardot. Elle le reprendra d'ailleurs le 3 octobre à l'Archipel (Paris X)...


Internet

Quatre ans entre la sortie d'un album et la mise en clip de l'un de ses titres : personne n'avait encore osé une telle aberration commerciale... Par amour donc, par passion, et sans aucun enjeu promotionnel d'aucune sorte, Pascale Borel (pop star) et Jérémie Lefebvre (réalisateur en chambre) viennent donc de briser un record mondial avec le clip de "J'aime tellement Proust", dont la dernière minute est particulièrement belle, avec ses herbes folles, son clocher normand et sa liseuse extatique (NB : nous n'aurions rien contre un clip d'"Alicante" en 2013, mais un nouvel album ne serait pas une mauvaise idée non plus...).


Concerts

Comme France Gall qui chantait "Le Temps de la rentrée ", nous aussi nous aimerons "longtemps / Lorsque revient le temps / Le temps de la rentrée", surtout que cette année Marie France ouvre le bal avec son récital Marie France visite Bardot le 28 août aux Trois Baudets, avant l'Archipel le 3 octobre et le Centre Georges Pompidou le 28 octobre. A l'Essaïon, ce sont Annick Cisaruk, qui présentera son spectacle Ferré tous les lundis à partir du 7 septembre, et Adrianna Voss, qui comme à son habitude donnera un concert exceptionnel et rare (donc précieux) le 21 septembre à 19 heures. Vanessa Hidden prolonge son spectacle C'est toujours ça de pris tous les mercredis à l'Atelier Théâtre de Montmartre. Pierre Faa sera en première partie de Jil Caplan, le 5 octobre au théâtre du Petit Saint-Martin. Simone Tassimot, elle, emmenera son Gainsblues à Jarnac le 13 septembre, avant de revenir en novembre au Forum Léo Ferré (le 13). En novembre toujours, Jean Guidoni chantera Prévert au Théâtre de la Ville (salle des Abbesses, les 7 et 8), et Peppermoon son propre répertoire au Sentier des Halles (le 28), alors que Brigitte Fontaine se produira au Palace (le 16)...


lalalala

 

Nous nous demandions, en annonçant ses concerts, si Delphine Volange était une véritable découverte ou un emballement précoce. Nous avons maintenant la réponse.


lalalala

 

Après avoir chanté sublimement Ferré au piano, puis Barbara à l'accordéon, Annick Cisaruk revenait le 6 juin dernier à Ferré, mais un Ferré assez différent, plus contestataire, et dans une interprétation elle-même très différente, ne serait-ce que par le remplacement du piano par l'accordéon de David Venitucci... Le spectacle, créé au théâtre Les Roches à Montreuil le 15 mai, a été repris deux fois au Forum Léo Ferré, et Lalalala était présent. Il sera joué à l'Essaïon à la rentrée.


lalalala

 

Une petite chanson qui célèbre l'élégance, les bonnes manières et le goût français. Légèreté, futilité et voix sucrées sont les armes que Lalalala a choisies pour accompagner un éditorial d'été bien amer.


lalalala

 

Peppermoon sort son premier album, Simone Tassimot son second et Caroline Loeb son troisième. Pas vraiment de lien entre la pop élégiaque de Peppermoon, le Gainsbourg réinventé de Simone Tassimot et l'encre noire des chansons de Caroline Loeb, sauf peut-être qu'ils nous enchantent, à des degrés et pour des raisons diverses. Pour lire les chroniques, il suffit de cliquer ici, ici et . Pour acheter les albums, c'est plus compliqué : s'ils sont tous les trois disponibles en téléchargement (pouah), il faudra attendre le 24 août pour la sortie du disque compact de Peppermoon et assister aux spectacles de Simone Tassimot ou de Caroline Loeb pour se procurer l'objet après le concert... On peut également tenter sa chance sur les pages MySpace des interprètes ou essayer Priceminister ou encore la galerie Agnès B... Bref. Les joies de la distribution plurielle, diverse, multipolaire, décentralisée, artisanale, citoyenne, associative, à dimension humaine (...) en 2009...


Disque

Magali Noël

 

Année Vian oblige, Sony réédite le 18 mai la bande son de l'extraordinaire spectacle Regards sur Vian créé par Magali Noël en 1989. Le double CD original jadis édité par Buda Records était épuisé depuis longtemps, et certains étaient prêts à dépenser une fortune pour en acquérir une copie sur le marché de l'occasion. Si vous voulez comprendre pourquoi (et accessoirement pouvoir écouter l'extraordinaire version de "La Rue watt" ou le merveilleux swing noëlien dans "Au bon vieux temps du jazz"), achetez-le vite (avant que, dans cinq ou six ans, sur le marché de l'occasion, à prix d'or etc.).


lalalala

 

Son interprétation de "Combien je regrette", qu'elle fredonne et chante plusieurs fois dans Le Plaisir d'Ophuls, suffirait à faire de Danielle Darrieux l'une des plus extraordinaires chanteuses populaires du XXème siècle. Mais outre ces moments de grâce pure, il y eut "La Chanson d'Yvonne" dans Les Demoiselles de Rochefort, "La Complainte de Charles" dans En haut des Marches, le duo "Ca vient tout doucement" dans Mademoiselle Mozart... mais aussi — et on l'oublie souvent — des disques par dizaines : légers et haut-perchés Wal-Berg, Yvain ou Misraki dans les années trente, ou riches et capiteux Marnay / Dréjac / Stern au début des années soixante ("Chanson pour Margot" !)... Alors Lalalala se devait de faire entrer Darrieux dans son dictionnaire, par la plume de son plus grand admirateur et de son plus fin spécialiste, qui plus est, à savoir le cinéaste Paul Vecchiali qui, comme on sait, déclara être "né" à six ans en contemplant une photographie de Darrieux dans un numéro de Vogue... Impressions, souvenirs, anecdotes, fulgurances : l'air de rien, sans jamais théoriser, Paul Vecchiali retrace avec une exactitude amoureuse la carrière musicale (et, fatalement, cinématographique) d'une actrice à l'oreille absolue qui, du conservatoire de Paris où elle apprenait la musique à la fin des années vingt (piano et violoncelle), à son interprétation d'"Il n'y a pas d'amour heureux" dans le film d'Ozon en 2001, a marqué de son empreinte indélébile la chanson française.


Concert Adriana Voss
Le récital de septembre d'Adriana Voss a été reporté au 19 décembre prochain, toujours à l'Essaïon. Une attente supplémentaire qui n'étonne pas ceux qui connaissent la chanteuse, son souci du mot juste comme sa recherche d'une conduite parfaitement cohérente. D'ailleurs pendant que vous êtes en train de lire ces lignes, Madame Voss très certainement mûrit la chose, quelque part dans les rues paisibles du quatorzième arrondissement de Paris.

Concert Vanessa Hidden

Les occasions d'entendre les chansons de Marie Dubas, d'Yvonne Printemps et d'Yvette Guilbert sont plus rares qu'on ne le pense. Et celles de les entendre bien chantées, encore davantage. C'est pourquoi il ne faut pas hésiter à aller voir et écouter mademoiselle Hidden, qui reprend son spectacle C'est toujours ça de pris tous les mercredis jusqu'au 15 juillet à l'Atelier théâtre de Montmartre (Paris XVIII). Renseignements au 01 46 06 53 20.


lalalala

 

Nous lui devons le retour de Pascale Borel. Depuis il a fait chanter Valérie Lemercier et Lio. Il a lui-même interprété plusieurs de ses chansons, dont le sublime "Autrefois". Lalalala avait très envie de rencontrer Jérémie Lefebvre, qui a accepté d'écouter en aveugle quelques chansons choisies pour l'occasion. Il n'en a pas reconnu beaucoup, certes... mais il chante, il rit, il imite, surtout il évoque son métier : réflexions d'un auteur-compositeur (interprète ?) qui aime la musique populaire populaire et parle des voix qu'il aime comme personne.


Internet

A l'annonce de la collaboration entre Arielle Dombasle et Philippe Katerine, nous nous sommes mis à rêver de très courtes chansons à la guitare acoustique, au coin du feu, dont une toute nouvelle Arielle (après la latino etc.) nous déroulerait les textes naïfs et bizarres avec son ton si merveilleusement unique... Bref on imaginait le Katerine de "Ma langue au chat" et la Dombasle de Rohmer... Le premier extrait de l'album, que l'on peut voir ici, remet les pendules à l'heure : c'est plutôt le Katerine de "Louxor j'adore" et la Dombasle techno-castafiore que nous aurons : vocalises, boum boum élémentaire et variations un peu cheap sur le personnage de l'extravagante des plateaux de télévision ("Extra / je suis extraterrestre...")... Il ne nous reste donc plus qu'à attendre la suite, qui ne pourra qu'être meilleure, et apprendre à ne plus rêvasser...


lalalala

 


Il aura fallu non pas un cheval mais trois baudets à un cow-boy mélancolique nommé Jacques Duvall, pour le lancement de son nouvel album à Paris. Le parolier-chanteur accompagné des Phantom, recevait sur scène quelques-uns des ses amis, dont une call-girl fatiguée, une cow-girl survoltée, un dandy revêche, un "slameur" (?) belge et une starlette pop indigente.


lalalala

 

Désolé est passé à l'acte : le duo pop Point / Ravel Chapuis a donné un tout premier concert au Zèbre de Belleville à Paris. Leur album sorti en janvier est l'un des plus beaux de l'année (elle n'est certes pas terminée, mais...), le concert aussi (elle n'est certes pas terminée, mais...).


Concert Annick Cisaruk

Il y eut d'abord Ferré au piano dans les années 2000-2001— dont l'immortel, le sublime, l'insurpassable "Il n'aurait fallu". Il y eut ensuite Barbara entre 2005 et 2008, avec David Venitucci à l'accordéon : l'émerveillement d'avoir le sentiment d'écouter les chansons Barbara pour la première fois, et la joie de pleurer à chaque concert (et il y en eut beaucoup). Aujourd'hui, Annick Cisaruk revient à Ferré, mais différemment : nouveau choix dans le vaste répertoire du Monégasque ("Vingt-ans", "Marizibill", "Java partout"...) et surtout nouveaux arrangements à l'accordéon de David Venitucci. Parions qu'ils sauront tous deux encore une fois remonter à la source du génie d'un auteur-compositeur pour en tendre à nos oreilles stupéfaites l'écho neuf et pur. Création et présentation du spectacle le 15 mai à Montreuil au théâtre Les Roches (01 49 88 79 87) et les 5 et 6 juin au Forum Léo Ferré à Ivry sur Seine (01 46 72 64 68).


Disque

Lio

 

Tout au long de sa carrière, Lio a su tracer son propre chemin, au risque de déplaire, de se tromper, au risque de l'échec, toujours assumé avec grand panache. Son dernier album original en date, le magnifique Dites au prince charmant, le prouve : les possibilités d'être et d'inventer de Lio sont immenses, aujourd'hui comme au lendemain de la parution de "Banana split"... Cependant l'annonce de l'enregistrement prochain d'un album Phantom featuring Lio confirme la légère inquiétude provoquée par la publication en novembre dernier d'une énième compilation, à la fois bancale et inutile : faut-il que Lio ait perdu la main, soit à court d'idées, pour se placer ainsi dans les pas de Marie France, dont l'album Phantom featuring Marie France, paru en 2008, était dans la platine de Lalalala hier encore ? Bien sûr on n'espère qu'une chose : que le disque lui-même fasse oublier ces sottes préventions. Considérant l'affiche (Duvall, Schoos, Lio), c'est fort possible...


Concert Delphine Volange

Un nom qui rappelle un personnage des Liaisons dangereuses, un timbre de voix aux accents adjaniens, un chant d'une fraîcheur salutaire : Delphine Volange se produira sur la scène du Sentier des Halles les 17 et 24 juin prochains. Nous ne savons que très peu sur cette jeune femme et pourtant elle aiguise notre curiosité. Emballement précoce ou véritable découverte ? Renseignements au 01 42 61 89 90.


Internet

Quoi de neuf sur Dailymotion ? Pas un clip vidéo, pas même une captation de concert, non, juste une petite chose très informelle, arrachée à l'oubli et à l'intimité grâce à la caméra approximative d'un téléphone portable : Marie France entourée de quelques amis, quelque part, un jour de juin 2009, qui se met à chanter "Stanislas" de Ricet Barrier et Bernard Lelou, sur le bord d'une table, sans micro bien sûr, sans costume, sans préparation (mais avec un guitariste attentif). Vraiment une chanson pour les amis, presque rien, en somme. Et pourtant tout. Tout Marie France dans ces deux minutes trente-huit, tout son art du chant, toute la grâce de sa présence, mais aussi toute la chanson française à son plus spirituel, à son plus léger.


lalalala

 

Une homme et une femme sont morts au mois de mars 2009. Deux chanteurs, deux générations, deux styles(le rock et la chanson) — mais n'est pas le plus maudit ou underground qui croit. Pour accompagner ces réflexions sur les valeurs et leurs croisements paradoxaux, une surprise en hommage à Jacqueline François. Editorial et surprise.


lalalala

 

Nos ballades, premier album du groupe pop Peppermoon, est depuis le 25 mai disponible sur les principales plate-formes de téléchargement (heureusement ce que l'on doit appeler maintenant une "sortie physique" est prévue le 24 août prochain). Pour l'occasion, le groupe donnait un concert au théâtre des Blancs Manteaux hier, à l'heure de l'apéritif. Lalalala y était...


Concert Hommage à Boris Vian

Grande excitation l'année dernière au moment d'acheter nos places pour l'Hommage à Boris Vian qui sera donné salle Pleyel le 23 juin prochain : enfin un concert entièrement consacré à Vian, et enfin, très certainement nous disions-nous face à la muette indication "Distribution en cours", l'occasion d'écouter quelques-unes de ses plus grandes interprètes (Magali Noël, Christiane Legrand, Sarah Boreo...), qui plus est dans le cadre prestigieux de Pleyel. Depuis la distribution a été révélée, et l'excitation est morte soudainement aux noms d'Agnès Jaoui (AGNÈS JAOUI !), de Thomas Fersen, de François Hadji Lazaro... Certes figurent aussi Barbara Carlotti, Daniel Darc et Juliette. Mais la soirée risque fort de reproduire le scandale du concert Michel Legrand dans la même salle le 27 février dernier, qui voyait l'oeuvre du compositeur de Peau d'âne massacrée par les gosiers de Maurane, Hélène Ségara et Patrick Fiori. Si le coeur vous en dit, néanmoins, et si vous aimez prendre des risques (car il reste des places...), vous pouvez réserver au 01 42 56 13 13.


Concert Helena Noguerra

Helena Noguerra butine et va où le vent la mène, des albums écrits par Philippe Katerine, qui n'est pas parvenu à lui donner le chef-d'oeuvre que leurs talents réunis semblaient promettre, au projet raté de Dillinger Girl, en passant par la case chanson avec un Rezvani à (petite) moitié convaincant... La légèreté de ces passages et le naturel de cette charmante dispersion, nous enchantent et nous touchent, si bien que nous sommes toujours heureux d'avoir de ses nouvelles, malgré la patente détérioration de son chant (articulation, prononciation). Les 26 et 27 juin prochains au Sunset-Sunside Jazz-Club (Paris I), nouvelle expérience pour la demoiselle qui va enfin justifier son appartenance jusqu'alors assez mystérieuse au label Universal Jazz, puisqu'elle reprendra des standards jazz qu'elle affectionne. Comme toujours, nous sommes très curieux de l'entendre dans ce nouveau répertoire. Comme parfois, nous sommes méfiants (Helena Noguerra ? Du jazz ???). Comme jamais, elle nous éblouira ? Renseignements : 01 40 26 46 60.


Concert Marie France

Alors que le rock l'accapare depuis deux ans déjà, Marie France revient à la chanson et à la pop par la grande porte : Bardot. l'Archipel (Paris X) lui a en effet demandé de bâtir un récital entier autour du répertoire paradoxalement méconnu de BB, que Marie France avait déjà effleuré jadis ("Bubble gum" au Café Ailleurs), mais qu'elle a décidé d'explorer méthodiquement en vue de ce concert le 16 mai prochain — car n'oublions pas que derrière la bête de scène, derrière les images de Marie France, il y a une femme studieuse, curieuse et amoureuse qui arpente biblio et cinémathèques à la recherche du plan ou et de la chanson rare dont elle fera son miel... Pas de "Harley Davidson", donc, ni aucun de ces clichés qui polluent terriblement notre perception de la chanteuse Bardot aujourd'hui, seulement un mythe qui, avec humilité et rigueur, en rencontrera un autre, pour l'un des concerts les plus inouïs de l'année. Renseignements : 08 26 02 99 24.


lalalala

 

Le groupe pop Désolé vient de publier un magnifique premier album, Perdus corps et biens. Nous avons rencontré ses membres, Elisa Point et Fabrice Ravel Chapuis, un dimanche après-midi, non loin de la sépulture de Dalida, pour un entretien résolument queer, sérieusement drôle et drôlement profond. Et inversement, jusqu'à épuisement des combinaisons.


Internet

Quoi de neuf sur YouTubeDailyMotion ? Patricia Kaas lit un roman des Editions de Minuit (son nouveau clip). Simone Tassimot allume une cigarette avec un billet de 500 euros (clip promotionnel de son album Gainsbourg). Et Désolé s'associe à Jean Guidoni pour l'une des plus belles versions de "Monsieur Williams" qui soit (enregistrement réalisé pour une émission de radio).


lalalala

 

Simone Tassimot vient de présenter son très bel album au théâtre de la Reine Blanche. Mais ce concert de lancement accidenté fut aux antipodes d'un album d'une maîtrise incroyable et d'une pureté rare... Nouvelle et douloureuse preuve que même les plus grandes peuvent trébucher. Laquelle pourrait dire le contraire ? Lorie, peut-être ?


lalalala

 

Après Lalala, le très décevant spectacle de chansons de variété imaginé par Benjamin Lazar, l'Opéra Comique consacrait en janvier une autre soirée à la chanson, la traditionnelle cette fois, élaborée par Vincent Dumestre et son ensemble le Poème Harmonique (avec lesquels, justement, Lazar avait monté de fameux Molière et Lully). Compte-rendu de ces magnifiques Chansons de brigands et romances d'autrefois ici.


Concert Francesca Solleville

Plus habituée ces dernières années aux petits lieux qu'aux grandes salles, Francesca Solleville sera néanmoins le 6 avril prochain à l'Européen (Paris XVII) pour un concert exceptionnel qui accompagne la publication par EPM d'un florilège de ses chansons intitulé Je déménage. Et effectivement... la force de son chant, ses entrées en scène comme des départs au combat, son opiniâtreté, tout fait de Solleville une guerrière. Renseignements au 01 43 87 97 13.


lalalala

 

Désolé d'insister, mais l'album de Désolé est le "grand événement de nos vies" en ce moment. La preuve : après un entretien avec le groupe, Lalalala publie la critique de l'album Perdus corps et biens et conjure ses lecteurs de se rendre au concert du 30 mars au Zèbre de Belleville (Paris XI).


Disque

Lala

 

Une figure du Paris pop et branché des années 80 et 90 (Lala) qui a sorti un 45 tours ("Jolie fille d'Alger"), donné quelques concerts, accompagné par une autre figure de ces années-là (Pascale Borel), avant de se "retirer" en Suisse... c'est beaucoup (en terme d'imagerie, de rumeur etc.) et peu (en terme d'oeuvre chansonnesque). Alors quand seize ans après son enregistrement, l'unique album du jeune homme, jamais édité et à moitié perdu, sort, on tremble un peu en le mettant dans la platine : que restera-t-il de tout cela ? L'air du temps, sans doute, le sourire ému et nostalgique, certainement. Mais de belles chansons ? Un véritable interprète ? Un grand disque ? Rien n'était moins sûr, et c'est pourtant ce qui arrive. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, c'est bien Lala et son "Lost album" de 1993 produit par Franck Darcel, qui vient illuminer notre morne hiver pop 2009, avec ses "Biches de la forêt", son "Week-end à Kyoto" ou son "P'tit bla bla bla"... Didier Lestrade, le frère de Lala, a écrit une longue critique du disque, qui en explique le contexte, en définit le propos et en souligne la beauté.


Disque

Simone Tassimot

 

Ignorant avec superbe la crise du disque comme l'indifférence des majors, Simone Tassimot s'est décidée à enregistrer le Gainsbourg si rare, si inattendu et si neuf qu'elle défend depuis plusieurs années sur scène. Pour cela elle lance une souscription qui permettra aux amateurs éclairés d'avoir la satisfaction de participer très directement au financement d'un disque essentiel, et ce faisant de jouer un rôle limité mais crucial dans la survie d'une certaine chanson. Les souscripteurs recevront chez eux le précieux album quelques jours avant la sortie officielle le 9 avril prochain lors d'un concert exceptionnel à la Reine Blanche.


Disque

Mathieu Rosaz

 

Sur son premier disque, Mathieu Rosaz chantait Vian, Fanon, Anne Sylvestre... Le second fut entièrement consacré à Barbara. Le troisième faisait la part belle aux chansons de Véronique Sanson. Pour son prochain album (La Tête haute quitte à me la faire couper !) à paraître en février, le jeune homme a semble-t-il décidé de laisser de côté le grand (et le petit...) répertoire pour faire valoir ses propres textes. Faire ses gammes, avancer progressivement, se promener longuement dans les allées du Louvre avant de saisir le pinceau : voilà qui nous change de tous ces ACI de vingt ans qui croient indispensable d'exposer leur "univers" et leur "écriture" dans la plus pure ignorance du monde (de la chanson) et de son histoire. Mathieu Rosaz, lui, a pris son temps, et c'est très précisément pour cela que l'on attend avec impatience de découvrir son Mathieu Rosaz.


lalalala

 
Ulrich Corvisier est de retour sur scène, et quel retour ! Le jeune homme, qui semble avoir apprivoisé ses démons, laissa trois soirs durant le public de l'Essaïon exangue, tétanisé, heureux. Son cabaret, d'une noirceur absolue, d'une beauté éblouissante, d'une maîtrise rare, sera difficile à égaler. A moins qu'il ne se décide lui-même à le reprendre. En ce cas, the sooner, the better.


Disque

Arielle Dombasle

 

Comme on sait, Arielle Dombasle a construit sa carrière d'interprète sur un répertoire de standards très éclectique. Pourtant pour son cinquième album, pas de "reprises" comme on dit aujourd'hui, point de "classiques latinos" ni d'airs de Haendel "remixés", mais un disque original, entendez par là un disque de chansons écrites spécialement pour elle, bien qu'il le soit aussi par la rencontre improbable qu'il scelle : l'éternelle muse de Rohmer s'est en effet adressée à Philippe Katerine... L'auteur de "Louxor j'adore" connaît bien les actrices, certes, puisqu'il a déjà fait chanter Anna Karina, Margot Abascal, Helena... Mais Arielle Dombasle sera sauf erreur son premier soprano et sa première blonde. Et quelle !


lalalala

 
Après MC Solaar, immense poète des années 90, l'industrie du disque nous propose Abd Al Malik, déjà tellement immense et tellement poète qu'il ne craint pas d'appeler son second album Dante, en toute simplicité. Jane Birkin y croit. Lalalala un tout petit peu moins. Pour accompagner l'éditorial, une chanson rare de Valérie Lagrange. Fraîcheur et mélancolie.

Concert Ariane Dubillard

Après Cabaret Dubillard, après Paternelle, Ariane Dubillard poursuit l'exploration de l'oeuvre de son père Roland avec un nouveau spectacle fondé sur des textes jadis écrits pour Nicole Ladmiral (l'épouse... et la mère, donc) mais jamais chantés. Une création tardive (avec Isabelle Serrand au piano) et un étrange triangle familial qui peuvent donner l'impression d'une jolie curiosité. Cependant, toutes ces considérations disparaissent quand la voix d'Ariane Dubillard entre en scène : elle est si pure, si simple, son chant est si juste, si varié, si touchant qu'il ne reste rien que les chansons - presque toutes extraordinaires. Le 6 mars au Forum Léo Ferré (Ivry sur Seine, renseignements au : 01 46 72 64 68) et le 23 mars au Salon de Musique (Paris XVIII).


lalalala

 
Beaucoup d'interprètes chantent Prévert, peu s'en sortent, un seul le transcende aujourd'hui. Jean Guidoni donnait deux concerts (deux shows devrions-nous dire) en décembre dernier à Paris. D'autres sont prévus en février et mars dans la capitale, ou encore à Rennes ou Evreux en janvier, à Lyon en mars... Si vous aimez Prévert, allez-y. Si vous ne l'aimez pas allez-y aussi. Explications dans notre compte-rendu.

Concert Ulrich Corvisier

Plonger dans des abîmes de noirceur pour en extraire une pureté insoupçonnée, c'est ce qu'Ulrich Corvisier est pratiquement le seul à pouvoir faire aujourd'hui, comme son bouleversant Cabaret vient tout juste de le prouver. L'interprète a décidé de le reprendre en février pour trois soirées exceptionnelles au théâtre Essaïon (les 19, 20 et 21 février). Renseignements : 01 42 78 46 42.


Concert Lio- Pascale Borel

"Les Deux pour le prix d'une" chantait Lio en 1986. Et en effet, le 18 février prochain au Zèbre (Paris XI), nous aurons Lio et Pascale Borel, à part égale, sur la même scène, Jérémie Lefebvre assurant le lien musical entre les deux pop idols. Evidemment, nous aurions très volontiers payé le prix fort pour voir l'une et l'autre seule en scène, mais nous ne bouderons pas le plaisir de leur duo – en attendant les deux solos. Renseignements : 09 50 14 29 06.